Thierry Ardisson

Pour inciter Thierry Ardisson a participer à la prochaine interview vidéo,
il vous suffit de :

Voter pour Thierry Ardisson

Il y a actuellement 553 vote(s) pour Thierry Ardisson.

En bref

Thierry Ardisson Thierry Ardisson

Biographie

En 20 ans de carrière il s'est construit une réputation d'animateur télé insolent et provocateur

Adolescence

Durant son enfance solitaire, Thierry Ardisson fait ses études au collège Saint-Michel à Annecy. Il suivra ensuite des études de Lettres à l'université Paul-Valery de Montpellier.

Sa Passion

ski, ski nautique, équitation

Ses Amours

Marié depuis le 2 avril 1988 avec Béatrice Loustalan, conceptrice de sons, il a trois enfants.

Son enfance

Thierry Ardisson est né le 6 janvier 1949 à Bourganeuf, dans la Creuse. Son père, ingénieur, est très croyant tandis que sa mère est très portée sur le communisme. De ces deux influences, le jeune Thierry se sent plus proche de la religion.

Coups durs

Thierry Ardisson a reconnu avoir fait du plagiat dans son ouvrage Pondichéry paru en 1994.
En février 2008, il a fait l'objet de fortes critiques de la part de son ancien collaborateur, Michel Malaussena dans Les Animatueurs, qui lui reproche notamment sa personnalité caractérielle, son mépris affiché pour ses subordonnés ou sa manière de rabaisser ses invités, dont les répliques sont parfois coupées au montage de ses émissions.

Oeuvres

Filmographie :
L'Empereur de la nuit , producteur (2009)
Bibliographie :
Confessions d'un baby-boomer (2005)
Les Années provoc' - 20 ans d'interviews (1998)
Pondichéry (1993)
Louis XX - Contre-enquête sur la monarchie (1986)
Rive droite (1983)
La Bilbe (1975)
Cinémoi (1973)

Sa carrière

Sa carrière débute en 1972, lorsqu'il est engagé à BBDO, l'agence de publicité la plus importante du monde. Un peu plus tard, il fonde l'agence Business avec deux amis.
Dans les années 1970, il participe aussi au magazine branché Façade.

En 1985, il adapte le concept de Descente de police pour TF1, présente Scoop à la une sur TF1 , puis coproduit avec Catherine Barma À la folie pas du tout (présenté par Patrick Poivre d'Arvor) de 1986 à 1987.

De 1987 à 1988, il coproduit avec Catherine Barma pour la Cinq Face à France et Bains de minuit, émission dite « branchée » qu'il présente dans la discothèque Les Bains Douches.

De 1988 à 1990, il présente Lunettes noires pour nuits blanches sur Antenne 2 — une émission rock pour remplacer Les Enfants du Rock qui s'arrêtait — dans la discothèque « Le Shéhérazade », en deuxième partie de soirée. Le nom de l'émission vient d'une publicité qu'il avait créée pour les lunettes Glamor. Puis il reprend le créneau du samedi à 19 heures avec Télé zèbre, avec la participation d'Yves Mourousi et deux nouveaux venus Yvan Le Bolloc'h et Bruno Solo.

De 1991 à 1992, il présente sur France 2 Double jeu avec des caméras cachées de Laurent Baffie et le jeu Info Intox de Philippe Guérin. Il lance en 1992 le magazine écrit mensuel Entrevue dont il devra changer le premier nom Interview après un procès pour plagiat perdu intenté par le magazine américain du même nom. Il revend les parts de ce journal en 1995. De 1992 à 1994, il produit l'émission Frou Frou présentée par Christine Bravo . Il tente sans succès le lancement du magazine de presse écrite du même nom. En 1993, à la suite de l'échec de ses émissions Ardimat puis Autant en emporte le temps, il renonce un temps à présenter des émissions mais reste producteur.

En 1995, il produit l'access prime-time de TF1, Les Niouzes, avec Laurent Ruquier. Devant l'échec d'audience, l'émission est arrêtée dès la première semaine. Il produit et présente alors Paris Dernière sur Paris Première et publie un nouveau magazine de presse écrite, J'économise. De 1995 à 1998, il produit Top Flop présenté par Alexandra Kazan.

En 1998, il rejoint France 2 pour animer Tout le monde en parle avec Linda Hardy, le samedi en deuxième partie de soirée avec Laurent Baffie.

En 2000, il présente Rive droite / Rive gauche sur Paris Première avec Frédéric Beigbeder, Élisabeth Quin et Philippe Tesson.

En 2003, il lance sur France 2 Tribu, une émission trimestrielle en première partie de soirée, qui est un échec d'audience et qu'il remplace en 2004 par Opinion publique sans plus de succès.

De 2003 à juin 2007, il présente parallèlement 93, Faubourg Saint-Honoré sur Paris Première, une réception mondaine où il dialogue avec diverses personnalités au cours d'un diner organisé au domicile parisien de sa femme.

Le 13 mai 2006, France 2 annonce que Thierry Ardisson quitterait la chaîne à la fin de la saison. La nouvelle direction de France Télévisions met en application le principe d'exclusivité des animateurs du service public, après que Thierry Ardisson eut signé avec Paris-Première pour une nouvelle saison de 93, Faubourg Saint-Honoré.

Dans une lettre ouverte adressée le 27 mai 2006 à Patrick de Carolis, président-directeur général de France Télévisions, Thierry Ardisson déplore devoir quitter la chaîne : « C'est un miracle que tu fusilles ». Il rappelle qu'il a signé un contrat d'exclusivité avec France 2 lui interdisant de se produire sur une autre chaîne généraliste hertzienne. Or Paris Première se retrouvant désormais dans l'offre TNT payante et cryptée, France 2 a considéré que Paris Première faisait à présent partie des chaînes généralistes hertziennes et a donc demandé l'application du contrat d'exclusivité.

Thierry Ardisson rejoint alors Canal+. Depuis le 4 novembre 2006, il présente Salut les Terriens, chaque samedi soir en access prime-time en clair.






Liens sponsorisés

Partagez

Rejoignez-nous sur :

Académiciens

Artistes

Auteurs

Beauté

Cinéma

Cirque

Grands Chefs

Grands Coeurs

Humour

Juristes

Musique

Polémistes

Politique

Presse

Radio

Sport

Stars du X

Télé Réalité

Théâtre

Tv